Lavage et séchage

 
Le lavage (et aussi le séchage) est trop souvent délaissé lors d’un entretien. Il en est pourtant un des piliers ! Peut-être vous demandez-vous pourquoi le lavage de votre auto est si important ? La raison principale est que la majorité des imperfections de votre peinture (rayures, tourbillons, oxydations, etc) est essentiellement due à de mauvaises techniques de lavage et de séchage.
 
 
 
 
Notre but dans ce guide est de vous enseigner comment retirer efficacement les contaminations diverses tout en minimisant le risque de création de nouveaux « dégâts ».
Pour d’évidentes raisons, il est recommandé de procéder à un lavage régulier : une base hebdomadaire n’est pas une hérésie.
Cependant, les conditions familiales, professionnelles ou tout simplement climatiques peuvent être un frein.
Un « service minimum » devra alors être mis en place pour parer malgré tout à certains désagréments saisonniers (insectes, sel, boue,…).
 
 
 
Le diagramme ci-dessous représente une coupe de votre vernis lors des opérations de lavage et de séchage.
L’image change toutes les 5 secondes pour mettre en valeur l’effet « avant/après ».
Vous pouvez remarquer le passage de contaminations modérées aux contaminations mineures.
 
 
Matériel recommandé :
(2x) gants de lavage de qualité (microfibre ou peau de mouton naturelle voire synthétique)
(1x) shampooing Automobile
(1x voire 2x) microfibres de séchage
(2x) seaux (si possible avec les grilles de type « Grit Guards »)
(1x) démoustiquant et anti-goudron (si besoin)
 
Pourquoi ai-je besoin de tout cela ?
 
 
 
Gant de Lavage
Commençons par les deux gants de lavage : un seul ne serait-il pas suffisant ? En théorie oui, mais nous y reviendrons plus tard.
Voyons d’abord pourquoi il est recommandé d’utiliser deux gants de lavage…
A l’évidence, les parties basses de la voiture sont les plus exposées aux saletés en tous genres. Prévoir un gant spécifique à ces sections et un autre aux parties les moins exposées est une simple manifestation de bon sens. Les personnes qui utilisent un seul gant courent un plus grand risque de rayure et sont contraintes de le remplacer plus souvent en raison de son utilisation « tout-terrain » qui accélère son usure. En outre, prévoir deux gants de lavage pour votre véhicule vous permet d’être sélectif quant aux matériaux utilisés : les gants en « peau de mouton » naturelle sont parfaits pour une utilisation quasi sans risque sur les parties les moins contaminées.
Pour les bas de caisses et autres pare-chocs, un gant en microfibres (facile à rincer) conviendra à merveille. D’autres types de gants comme les « peau de mouton » synthétiques (moins chers que les naturels) ou les multi-tâches (gant synthétique proposant deux faces de conception différente) sont également disponibles. On trouve aussi dans le commerce des éponges microfibres, elles offrent globalement le même service que les gants microfibres. Quel que soit votre choix, soyez attentifs à la qualité du produit proposé ! Certains gants ne répondent pas toujours à un minimum d’exigences : ourlets ou coutures inappropriés, textile de mauvaise qualité,…
 
 
Une autre alternative consiste à n’utiliser qu’un seul gant. Cette technique requiert énormément de prudence. Il est ainsi obligatoire de rincer le gant très souvent de manière à retirer les contaminants divers qui se sont incrustés dans ses replis. Un soin particulier (lavage, séchage) doit aussi être apporté au gant pour prolonger sa durée de vie et pour éviter tout risque de rayure lors du prochain lavage.
 
En conclusion, même si l’alternative du gant unique est appréciable au niveau coût d’utilisation, nous vous encourageons fortement à utiliser deux gants pour un résultat optimal et sans faille.
 
 
 
Shampooing
Si la mousse est agréable et belle à voir, il faut tenir compte du fait que le pouvoir lubrifiant du produit est prépondérant : c’est cette lubrification qui va vous permettre de retirer les contaminants en toute sécurité. Sans elle, vous allez racler les poussières sur la peinture et augmenter le risque de rayure. Une solution suffisamment lubrifiée aidera à détacher la crasse et à l’enlever sans risque pour le verni.
 
Choisir un bon shampooing n’est donc pas une sinécure, il faut avant tout utiliser le shampoing le mieux adapté à la tâche qui lui est confiée.
 
Dans le cas d’une voiture très sale ou d’un début de rénovation, il sera nécessaire d’utiliser un shampoing au fort pouvoir nettoyant et ou dégraissant. Différentes techniques coexistent ici : on peut bien évidemment utiliser la technique des deux seaux. Mais on peut aussi pulvériser la solution sur la voiture (au moyen d’un nettoyeur haute pression par exemple) afin d’attendrir la crasse. Le lavage au gant en est facilité mais la consommation de produit ou d’eau en est souvent augmentée.
 
 
Pour un lavage régulier ou d’entretien, un produit de qualité doit aussi contenir les après-shampoings nécessaires à un résultat satisfaisant. Ceux-ci vont pêle-mêle faciliter le séchage, éviter l’apparition de taches de calcaire, apporter une finition brillante…En règle générale, ces shampooings sont destinés à être le complément idéal de la cire de protection présente dans leur gamme. Toutefois, il est bien souvent possible de varier les plaisirs en utilisant des produits issus de gammes différentes et ce, sans aucun souci de compatibilité.
 
Enfin, il est utile de rappeller qu’il est impératif de respecter les consignes du fabricant en matière de ratios de dilution. Une concentration trop élevée de produit pourrait conduire à une usure prématurée voire à un retrait partiel ou total de la couche protectrice. A utiliser en toute connaissance de cause et avec précaution …
 
 
Microfibres de séchage
Investir dans une microfibre de séchage de qualité va non seulement vous permettre de gagner du temps pendant la phase séchage mais aussi de minimiser le risque de créer (ou d’ajouter) des micro-rayures. Notre meilleur choix est la Microfibre Waffle Weave Drying Towel. Sa texture gauffrée absorbe les liquides efficacement. Souvent, une seule microfibre (60x95cm) est nécessaire bien que nous conseillons d’utiliser une seconde microfibre pour la finition (toutes les informations relatives au séchage vous sont détaillées ci-dessous). Pour d’évidentes raisons, il est essentiel que votre microfibre de séchage reste la plus propre possible. Gardez-vous de sécher une section qui aurait été oubliée lors du lavage. Evitez autant que faire ce peut tout risque de nouvelle rayure.
 
 
Actuellement, ce type de microfibre est le meilleur compromis séchage/sécurité d’usage. Des raclettes à lame de silicone sont disponibles et redoutablement efficaces mais le risque de rayure est plus élevé.
 
 
 
Seaux
Prévoir toujours 2 seaux pour vos lavages. Un seau d’eau claire et un seau d’eau savonneuse. L’eau claire fera office d’eau de rinçage empêchant la crasse de se déposer dans votre eau de lavage.
 
 
 
 
Comment ?
En préambule, voici quelques recommandations de base qu’il est toujours bon de respecter. Tout d’abord, privilégiez un endroit sombre ou ombragé. Le soleil qui tape sur la carrosserie a tendance à provoquer l’évaporation rapide de l’eau de lavage ou de rinçage avec comme conséquence l’apparition de traces gênantes et une petite perte de temps pour faire disparaître ces dernières. Idéalement, la peinture et les roues devront être froides lors du lavage. Veillez également à être attentif aux vêtements que vous portez : méfiez-vous des boutons, tirettes, bagues, bracelets et autres objets de ce genre qui sont source de rayure. Pensez à fermer portes et fenêtres. Ce conseil peut prêter à sourire, mais une minuscule ouverture peut provoquer des dégâts non négligeables.
 
 
 
Préparation
1. Remplissez votre premier seau d’eau aux trois quarts. Ajoutez ensuite la quantité de shampoing adéquate (voir notice).
2. Remplissez le second seau d’eau claire.
 
 
 
Processus
 1. Lavez vos roues en premier lieu. Récurez les pneus (à l’aide d’une éponge ou d’une brosse spéciale) et nettoyez les jantes à l’aide d’une brosse douce et d’un produit spécialement adapté à la nature de celles-ci.
2. Inspectez ensuite votre véhicule. Il peut être utile de « pré-traiter » des zones fortement contaminées pour plus d’efficacité. Des insectes incrustés, des taches de goudron frais peuvent par exemple être retirés préalablement avec le produit approprié. Une voiture particulièrement boueuse ou blanchie par le sel pourra subir un pré-lavage au foam-gun. Ce système va permettre la pulvérisation du shampoing sous forme de mousse. La crasse, ramollie, pourra être partiellement retirée lors du rinçage. De plus, le lavage manuel en sera grandement facilité.
3. Rincez l’auto du haut vers le bas. Travaillez par section : ailes, capot, moitié de toit…
4. Plongez votre gant de lavage dédié aux parties basses de la voiture dans le seau d’eau savonneuse et commencez le traitement de ces surfaces. Si vous avez utilisé un dégraissant, un dégoudronnant, un foam-gun,… l’opération devrait être rapide et facile.
5. Rincez abondamment le gant dans le seau d’eau claire. Il est impératif de retirer un maximum de contaminants à ce stade. Rechargez le gant en eau savonneuse et poursuivez le travail.
6 Lorsqu’une section de carrosserie est terminée, rincez-là.
7. Une fois le travail terminé, videz vos seaux et répétez la préparation (eau savonneuse + eau claire).
8. Plongez votre second gant de lavage dans le seau d’eau savonneuse et frottez le délicatement sur le reste du véhicule en allant du haut vers le bas. Rincez après chaque section.
9. N’oubliez pas de régulièrement rincer votre gant à l’eau claire. Il doit être vierge de tout débris pour éviter les rayures.
10. Une fois le véhicule lavé et rincé, retirez l’embout de votre jet d’eau. Laissez l’eau s’écouler librement en partant du toit. En comparaison avec un rinçage normal, l’eau s’accumule moins et le séchage sera moins ardu. Arrosez ensuite de droite à gauche en descendant lentement.
 
Est-il utile de préciser qu’il ne faut surtout pas déposer les gants, éponges et autres microfibres sur le sol ? Vous mesurez aisément les risques auxquels vous vous exposez si vous faites cela…
 
Remarque : en ces temps de chasse au gaspillage, le lavage sans eau est considéré par certains comme une technique d’avenir. Des sociétés spécialisées proposent ce service et en ce qui concerne le grand public, l’Optimum No Rinse permet à tout un chacun de s’essayer à cette méthode de travail.
 
 
Séchage
1. Humectez votre MF de séchage et essorez- là.
2. Attaquez les flaques d’eau résiduelle (toit, capot, hayon), essorez si nécessaire. Essuyez minutieusement votre voiture jusque dans ses moindres recoins. Vous pouvez vous munir d’une paille (technique la plus simple) pour déloger l’eau qui a tendance à stagner dans certaines crevasses ou jointures. Veillez cependant à ne pas souiller votre MF de séchage.
3. A l’aide d’une seconde microfibre, parachevez le travail pour une finition parfaite. Dans bien des cas, une eau trop calcaire peut réserver de mauvaises surprises au propriétaire d’une voiture foncée. Des taches disgracieuses et souvent tenaces peuvent apparaître lors du séchage. Pour y remédier, certains utiliseront un adoucisseur d’eau, d’autres simplement un peu de vinaigre. La méthode simple et répandue que nous conseillons consiste à vaporiser un Quick Detailer lors du séchage. Vous obtenez ainsi une finition parfaite.
 
 
Et après ?
Entre deux lavages, il est envisageable d’utiliser un Quick Detailer (nettoyant rapide et sans eau).
L’utilisation ou non de cette méthode sera laissée à votre appréciation : tout dépend de l’état de saleté de votre voiture.
 
Bien que très utile, en été par exemple, pour dépoussiérer une voiture il est recommandé d’être très prudent. Malgré l’excellente lubrification de ces produits, le risque de rayure est augmenté. Il importe donc d’être particulièrement soigneux…
 
Et comme tout ne se passe pas toujours comme dans le meilleur des mondes, vous serez inévitablement soumis aux dégâts causés par les fientes d’oiseaux, les taches de goudrons frais, les insectes collés,… Là encore, votre Quick Detailer fera des merveilles : en plus de préserver l’aspect esthétique de votre voiture, il préviendra certains dégâts plutôt ennuyeux (l’acidité des excréments d’oiseaux peut attaquer votre vernis).